LES MÉDITATIONS
DE L'ACADÉMIE
Il suffit de s'asseoir confortablement et de se détendre physiquement. Progressivement, la respiration, les battements cardiaques, la circulation sanguine se ralentissent : tout se met au repos et se régénère.
Il se produit alors un autre phénomène : le mental, devant cette "inactivité inhabituelle" du corps physique, montre sa propre agitation, avec ses pensées, ses souvenirs, ses projets, ses soucis, ses rêves ou ses images. Le mental est comme une mécanique en mouvement perpétuel et que l'on prend généralement pour soi…

Lorsque le méditant remarque tout ceci, c'est qu'il a éveillé en lui une partie de son mental qui observe tout ce qui se passe avec une certaine distance ; il a accédé à une autre instance intérieure, que nous appelons le "je conscient", qui constate et observe, simplement.